LE TRAIN BLEU


Le " train bleu " passant sur la superbe calanque de MEJEAN Au debut de ce siècle, des travaux ( qui se sont parfois révélés être des prouesses technique ) ont permis de désenclaver cette côte, qui progressivement s'est ouverte au tourisme, tout en gardant son cachet.
Ce fut d'abord le percement de nombreux tunnels pour permettre l'établissement d'une voie férrée entre Marseille et Miramas. Le T.E.R. (Train Express Regional) qui transpoerte les voyageurs sur cette ligne, surnommé le " train bleu ", longe la côte, surplombant d'étroites et abruptes calanques, ou de minuscules anses. C'est un moyen original de découvrir des paysages invisibles autrement qu'à pied ou en bateau.
A l'extrémité Ouest de la Côte Bleue, le chemin de fer enjambe le chenal de Caronte (qui fait la jonction entre la mer et l'Etang de Berre) par un viaduc construit entre 1908 et 1915.
Parallèle à la voie férrée, mais sur le versant Nord de la chaine de la Nerthe, une route nationale et une voie rapide reliées à l'autoroute Marseille-Martigues complète aujourd'hui le réseau de communication. Un réseau d'autant plus nécessaire que sur le territoire de Martigues s'est développé l'un des plus importants complexes pétrochimiques d'Europe. Cette présence industrielle ( et les dangers qu'elle représentait pour l'environnement ) ont amené une forte prise de consience de la fragilité des sites de la Côte Bleue. D'important efforts de réduction des pollutions ont été demandés aux industriels, et des mesures de protection ont été mises en place
Le train bleu sur la calanque de La Vesse